Antenne di Dialogo
di N. Gobenceaux
H.ODZ, Petit Plaidoyer pour une politique éducative

A l’heure de la grande répression, des réductions de budgets ou encore du nombre des enseignants et éducateurs, il convient de faire un retour sur l'idée d'éducation.
L'éducation n'est pas un élément indépendant qui aurait, pour certains conservateurs cessé d'exister en mai 68 avec l'émancipation des enfants de leur carcan paternaliste. "Il est interdit d'interdire" slogantait-on entre deux pavés pour montrer que l'on était plus un pantin légerment articulé attendant sagement sa majorité mais un être à part entière avec une libre disposition de mouvement et de pensée et pouvant se fixer les bornes soi-même.

Trop longtemps on a pratiqué une séparation distincte entre éducation et instruction. Il s'agissait de deux choses certes complémentaires mais séparées. La première, qui concerne la connaissance des usages de la société était du ressort des parents, de la famille. On pouvait ainsi être bien éduqué et donner aux parents le sentiment du devoir accompli. La seconde était du ressort de l'école et avait pour but de donner du savoir au sens large. Savoir qui faisait souvent défaut aux parents, d'où cette dichotomie.
Si les définitions des deux termes n'ont pas forcément changées, la barrière famille / école s'est quelque peu dissolue. En effet, l'évolution de la société a fait, à mon avis, s'entremêler ces deux fonctions. On peut dire que les parents ont pratiquement tous un savoir de base leur permettant de contribuer à instruire leurs enfants jusqu'à un niveau relativement élevé. Parallèlement, on enregistre un retrait des parents (et pas seulement dans les classes modestes) en ce qui concerne le rôle éducatif. Peut-être un transfert s'est-il effectué et l'éducation autrefois plus prisée a été délaissée en partie pour l'instruction, seul moyen de s'en sortir.

Eduquer, instruire; parents, école. Tout cela participe à la société. Et c'est cet ensemble sociétal qui a pour mission de former intellectuellement et moralement les diverses générations. On a parfois trop tendance à parler de démission des parents, de dire cela n'est pas le rôle de l'école, mais il semble que le problème soit plus profond et que c'est, sans vouloir faire du catastrophisme, de démission de la société qu'il faudrait parler.

Avec l'aide des diverses sciences et disciplines, instruire devrait vouloir dire éduquer, comme éduquer devrait disposer à l'instruction. C'est cette relation bilatérale que nous devons remettre en ordre de marche avec le soutien de toute la société sans se rejeter les tâches. Car si les enfants d'aujourd'hui sont les adultes de demain, l'harmonie de demains passe par l'éducation des enfants d'aujourd'hui.


Indice | Dossier| Rubriche | Contatti | Manifesto | Redazione| Progetto
Copyright 2003 Culture A Confine - periodico quadrimestrale - all rights are reserved


Amministrazione
Webmaster