Antenne di Dialogo
di N. Gobenceaux
Nathanaël GOBENCEAUX, Introduction au dialogue

“Les dialogues de Platon […] présentent [Socrate] occupé à mettre à l'épreuve ses concitoyens par le moyen d'inlassables discussions pour les exhorter à mener une vie plus juste.”
(Atlas de philosophie)
Dialoguer : du gr. dia : à travers et logos : discours


Le dialogue (qui est un outil de communication) est un des éléments nécessaires de toute société (cette dernière étant le produit des échanges des hommes). C'est même un élément fondateur du lien social la construisant. Si dialoguer participe donc à construire la société, refuser le dialogue c'est exclure, mépriser et ainsi ne pas participer à faire évoluer (pour ne pas dire améliorer) le (ou notre) monde.

Le dialogue est avant tout un échange. Il est une démarche qui va vers l'autre, qui s'intéresse à l'autre. Accepter de dialoguer, c'est déjà un début de respect envers l'autre, même si les idées ne se rejoignent en aucun cas. Le dialogue nécessite une écoute mutuelle, de savoir écouter puis parler quand cela est pertinent. Savoir dialoguer, c'est savoir vivre en société. Ceux qui ne dialoguent pas sont soit des tyrans, soit des marginaux amorphes.

Si, étymologiquement, la notion de dialogue sous tend les idées de séparation et de distinction, on peut imaginer que c'est pour montrer la diversité des opinions. Toutefois nous n'entamerons pas ce type de polémique ici. Nous nous contenterons de commenter le dia : à travers par une citation : “Dans ce sens dialoguer  pourrait vouloir dire, entre autres sens, que la parole traverse l'espace qui nous sépare ou même, ce qui a ma préférence, que chacun se laisse traverser par la parole de l'autre, cela va plus loin que simplement parler avec ; après cette traversée je ne peux plus être le même qu'avant, il y a presque une trace inscrite dans mon corps .” (UT)

Le dialogue est une confrontation avec autrui, avec l'altérité qui permet de métisser les idées, d'élargir notre champ de vision, notre horizon, de nous ouvrir au monde. C'est aussi la disposition à apprendre à travers l'autre; c'est entrer dans une communauté sociolinguistique et accepter et au même temps de fonder les règles du langage que nous utilisons. Le dialogue, par l'intermédiaire de l'outil langage, contribue à approcher le réel (“ notre connaissance du réel est tributaire du langage ”).Mais la rencontre avec l'autre n'est pas sans effet sur nos petites personnalités. En effet, “ la rencontre avec l'autre remet en cause mon identité ” (J.F. Staszak) et amène la comparaison. Cela implique de n'être pas fixé sur des positions et empêche une vision fixiste et fixée sur notre environnement social ; ou alors, à l'opposée, cela provoque le rejet de l'autre et l'enfermement sur soi-même. Dans une perspective d'ouverture adoptée ici, c'est la première proposition que nous retiendrons.

On peut toujours critiquer la société, mais la meilleure façon de faire changer les gens, c'est de les faire réfléchir. Or le dialogue est l'un des éléments fondamentaux de la réflexion, c'est en grande partie par lui que cette dernière arrive. C'est pourquoi, pour ouvrir nos mondes respectifs nous proposons ici une antenne de dialogue.

N.G.


Indice | Dossier| Rubriche | Contatti | Manifesto | Redazione| Progetto
Copyright © 2003 Culture A Confine - periodico quadrimestrale - all rights are reserved


Amministrazione
Webmaster